21 avril 2022

Comment peut-on posséder un bout de lac ? 

D’habitude, je trouve cela normal. Mais allez savoir pourquoi, cette fois, je le trouve intolérable, ce grillage, tout à l’ouest de la plage publique des Mellières à Buchillon, ce panneau «passage interdit».

Heureusement, en ce mois d’avril, le niveau du lac est au plus bas, 30 cm en dessous du niveau normal, pour anticiper la fonte des neiges ; il est donc aisé de contourner l’obstacle et poursuivre ma flânerie sur des galets couverts d’algues sèches. Je longe de petites baies ombragées par des arbres somptueux. Dépaysement garanti. Paradis à deux pas d’ici.

Etonnamment, je ne culpabilise pas devant le « chien méchant » de cette énième « propriété privée » ; je sais que ce sont ces panneaux qui sont illégaux. 

Le libre accès aux rives du lac figure en effet depuis quarante ans dans la loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT) : « il convient de tenir libres les bords des lacs et des cours d’eau et de faciliter au public l’accès aux rives et le passage le long de celles-ci » (article 3). Au niveau cantonal, la loi sur le marchepied permet aux communes d’exproprier « pour assurer au public, à titre de servitude, l'utilisation du passage » (article 14).

lac.jpgCes écriteaux ne font donc que rappeler la confiscation par quelques fortunés d'un bien commun.

De retour à la maison, refaisant le parcours sur Google Map, je distingue clairement la petite dizaine de monstrueuses propriétés qui mènent à  l’embouchure de l’Aubonne. Sur ces trois kilomètres de promenade le long du lac, je n’ai rencontré aucun être humain, seulement des volets clos. J’ai alors une pensée pour la cohue des baigneurs qui s’agglutineront bientôt sur la plage de Préverenges. J’imagine ici l’été : deux ou trois propriétaires insouciants sur une grève déserte, à perte de vue.

Près de la moitié des 87 km de rives vaudoises du Léman n’est toujours pas accessible au public. Pourquoi n’applique-t-on pas les lois ? Pour ne pas faire fuir les plus gros contribuables ? Par peur des oppositions, des avocats, des menaces ? Ou alors seulement pour préserver la biodiversité des rives ?  

Je crois bien que signerai l’initiative que devrait lancer l’association Rives publiques au printemps 2023 pour changer la législation fédérale et rendre les bords des lacs à la population. Et vous?