26 avril 2019

Votre mur de fraises marocaines

Ne vous a-t-on pas appris à soigner la première impression ? Aux portes de votre grande surface, ce rempart de caissettes pleines de fraises fluorescentes en provenance du Maroc est une invitation à râler, rager et faire demi-tour.

7779788345_des-fraises-illustration.jpgVous aviez déjà fait fort fin février, avec vos fraises espagnoles. Le délire a franchi une nouvelle étape. Vivons-nous dans le même siècle ? N’entendez-vous pas les jurons de votre clientèle ? Non, c’est faux, vous ne répondez pas à une demande. Si vous arrêtiez de proposer ces fruits cultivés à 2'000 kilomètres de là, personne ne vous les demanderait ! Vous créez ce besoin.

Arrêtez-vous un instant au pied de votre mur, tendez l’oreille et vous entendrez le moteur fatigué des semi-remorques qui remontent l’Europe à 90km/h sur la voie de droite pendant une trentaine d’heures.

Avec une bonne ouïe, vous entendriez même les plaintes des cueilleuses, exclusivement des adolescentes, payées six euros par jour, ou des cueilleurs, des migrants sub-sahariens qui vivent n’importe comment pour vous proposer ce n’importe quoi de mauvais goût.

Et parlons-en, du goût ! Ou plutôt de cette absence de goût flanquée de pesticides, évidemment, mais aussi de chlore, solution dans laquelle on trempe chaque fraise, après l’avoir équeutée et avant de la réfrigérer en prévision d’un trop long voyage.

Depuis quelques temps, je fais mon possible pour vous éviter : je cultive mes propres légumes et achète des fruits auprès de petits producteurs de la région. Hélas, mon mode de vie m’oblige encore à vous fréquenter et… je ne suis de loin pas votre seul client à être fou de rage au pied de ce mur de fraises du Maroc !

S’il vous plaît, grand stratège des géants vert ou orange, vos consommateurs sont plus que mûrs (contrairement à vos fraises) pour un nouveau mode de consommation - manger local, autant que possible, et surtout de saison. C’est à vous qu’il revient de rendre cela possible. Ce sera bénéfique pour votre image, pour l’agriculture suisse mais aussi pour votre porte-monnaie ! Quel magnifique coup de pub !

En vain. Au moment où paraîtront ces lignes, le mur marocain sera remplacé par un nouveau mur,  espagnol. Des fraises cueillies par des femmes, marocaines. Des mères qui abandonnent leurs enfants, s’endettent pour un visa, un billet de bus, s’échinent six jours sur sept dans des serres surchauffées, rémunérées au rendement (75 centimes d'euro la cagette de 5 kilos), passent la nuit dans des cabanons de bois installés près des serres, en dormant que d’un œil et d’une oreille, de peur des agressions sexuelles…

Patience, il semblerait que les fraises suisses arrivent, lorsque ce sera la saison, dès le mois de mai.

Commentaires

Merci !

Bis !!

Écrit par : Corto. | 25 juin 2019

Pourquoi effacez-vous tout, au lieu de simplement virer ce qui doit l'être ?

Écrit par : Victor | 26 juin 2019

Donc, pour revenir sur le sujet, je disais qu'il est un peu dur de vouloir empêcher des pays comme le Maroc de vouloir exporter son agriculture. Disons que cela pourrait être fait avec un peu plus d'élégance, visiblement une qualité que l'auteur de ce blog ne semble pas tout à fait maîtriser !

Concernant les fraises marocaines, pas que je tienne à faire de la pub ou inciter les lecteurs à se fournir via des filières longues distances, mais ces fraises étaient simplement délicieuses.

Écrit par : Corto | 29 juin 2019

Écrire un commentaire