26 janvier 2010

Haïti : les catastrophes naturelles n'existent pas

J’avais envie de questionner la guerre humanitaire déclarée à Haïti, la guerre des chiffres aussi, en temps réel, nombre de victimes et millions de dollars US.

J’avais envie de démystifier l’engagement massif du gendarme planétaire, décrire la peur d'une invasion d'immigrés haïtiens en Floride et la nécessité de faire mieux que les Républicains lors de l’ouragan Katrina.

J’avais envie de rappeler que 10'000 ONG galéraient déjà sur place avant la catastrophe, d’accuser la mission onusienne de surtout travailler pour sécuriser les étrangers qui font encore des affaires à Haïti, et puis donner la paroles aux manifestants qui ont défilé le 28 juillet 2009 à Port-au-Prince pour dénoncer l’occupation de leur pays.

J’avais envie de rappeler qu’en 2009, Haïti consacrait 79 millions de dollars au paiement de sa dette, plus du double de ce que l’état recevait pour faire fonctionner ses écoles, son système de santé et ses transports.

J’avais envie d’accuser un gouvernement inconscient, cupide et corrompu, évoquer les constructions anarchiques, l’absence de registre foncier, l’appropriation des terres par l'état et l’émigration rurale.


J’avais envie de rappeler que si depuis dix ans, plus de 4 milliards de dollars ont été consacrés à la reconstruction de sites détruits par les ouragans, les inondations et les glissements de terrain, Haïti stagne à la 146e place (sur 153) au classement des pays suivant l'indice de développement humain.


J’avais envie de condamner le business de la charité qui fait que des humanitaires bloqués à Saint Domingue sont forcés de débourser 3’000 dollars pour rejoindre en hélicoptère les zones meurtries.


J’avais envie de rappeler que le 25 mars 2008, le quotidien haïtien Le Matin publiait un article titré « Risque sismique élevé sur Port-au-Prince », et puis envie de me demander ce qu’il en sera dans dix ans.


J’avais envie de dénoncer le rôle des médias, le danger de la lassitude, la lutte pour la visibilité, le sensationnalisme, la surenchère émotionnelle, le voyeurisme morbide, les lectures simplistes et les explications fatalistes.


J’avais enfin envie de dire qu’au XXIème siècle, les catastrophes naturelles n’existent plus : si un séisme est naturel, la vulnérabilité du pays touché est due à l'homme.

Et puis j’ai vu les images et j’ai eu envie de me taire.

Commentaires

Tout cela semble juste, mais se taire -ce que vous ne faites pas- et ne rien faire ne peut-être la solution. Nous -les Européens d'abord - avons transplanté ces esclaves noirs dans les Caraïbes, zone stratégique par excellence, pour les raisons que l'on connaît. Pour notre profit . Ne connaissait-on pas déjà les risques sismiques ?
L'homme peut-il vraiment dominer les catastrophes naturelles? Dans cette zone géographique, c’est toute l’année un risque de tremblement de terre. Et de surcroît en été, ce sont les ouragans !
Même au Japon , même en Floride ou en Californie, pays très riches, ce n’est pas évident de vivre avec la peur au ventre. Et de reconstruire sans cesse.
J’ai vécu quelques petits tremblements de terre en Italie. Si j’étais haïtienne je n’aurais qu’un désir : fuir ! Construire ailleurs. Mais pour rejoindre la diaspora des immigrés haïtiens dans les grandes villes de Floride ? à New York ? à Paris ? Partir pour Cuba, la Guadeloupe ou la Martinique aussi exposés qu’Haïti ?
Qui va pouvoir quitter l’île aujourd’hui ? les plus aisés, les plus jeunes, les plus éduqués évidemment. Et les plus pauvres, les malades, les vieux, les orphelins , que vont-ils devenir ?

Il n’y a pas de fatalité : peu ou prou, ces îles seront encore exposées à ces catastrophes naturelles. Faut–il reconstruire -même bien- et vivre dans ces zones à risques majeures, tant climatiques qu’économiques et politiques ? Ce replâtrage est-il juste ? N’y a t-il pas d’autres solutions à chercher ?

Vous, haïtiens habitants de l’île, une fois de plus vous pansez vos plaies, vous chercher de l’eau et de la nourriture pour vous même et vos proches ; vous chercher un abri . Vous enterrez vos morts.
Pensez-vous de l’avenir ?

Écrit par : Christine Marest | 21 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.