25 avril 2012

Expédiez vos impôts à Monsanto !

Soyez conséquents et solidaires : investissez l’équivalant de vos impôts dans le développement durable des pays pillés par la multinationale Monsanto, et laissez cette dernière régler votre imposition. Pourquoi ?
Monsanto.jpg

Parce que Monsanto, numéro un mondial des semences génétiquement modifiées, à l’origine des 90% de la production mondiale, a établi à Morges son siège pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique… même si le peuple suisse a exprimé à plusieurs reprises son opposition à la production d’OGM dans le domaine agro-alimentaire.

Parce que cette multinationale américaine génère des dizaines de milliards de bénéfices dans une quarantaine de pays grâce à des pratiques pour le moins discutables : entre autres, dans les pays pauvres, par la vente de graines ne pouvant être semées à nouveau, contraignant les paysans à s’endetter pour en racheter chaque année, faisant d’eux des assistés plutôt que des producteurs. Monsanto contrôle ainsi l’agriculture de ces pays - majoritairement destinée à l’exportation - et rapatrie tranquillement ses bénéfices.

Aussi parce que la multinationale est une multirécidiviste, souvent impliquée dans des scandales sanitaires, des pollutions massives, des intoxications de personnes, des publicités mensongères, etc.

Surtout parce qu’en 2004, Monsanto a bénéficié d’une exonération fiscale de dix ans sur l’impôt fédéral direct (50%), sur l’impôt cantonal et communal (100 %). Un cadeau qui sera renouvelé pour une nouvelle période de cinq ans, jusqu’en 2018.Cela, alors qu’il s’agit d’une entreprise « boîte aux lettres » qui ne profite pas à l’économie de la région, n’ayant aucune chaîne de production à Morges.
 
Enfin parce que, si le canton a généreusement accueilli ces bourreaux de l’agriculture des pays sous-développés, il peine à accorder la même hospitalité aux victimes de ce type de multinationales, ceux qui ont fait le voyage jusqu’en Europe pour espérer une vie plus digne… 
Pour toutes ces raisons, une solution : exonérez-vous d’impôts, convertissez-les en microcrédits destinés au réveil des pays sous-développés, et envoyez une facture équivalente à :

Monsanto International Sàrl
rue des Vignerons 1A
1110 Morges.

Commentaires

A l'époque il y avait à la rue des vignerons, un garage Citroen tenu par la famille Favez, ou mon père allait régulièrement amener sa deuche... Du service de proximité, de l’argent réinvestit dans l’économie locale et profitant a la ville : je suis sur que M. Favez, lui, n’avait pas d’exonération fiscale.
Sans vouloir jouer au nostalgique naif, apôtre du "c'etait mieux avant", il est quand même triste de voir que celle belle ville de Morges se prostitue en attirant sur son sol le siege boite-aux-lettres de multinationales pour lesquelles le profit a tout pris est la seule valeur à défendre. Je recommande a ce sujet « Swiss Trading SA » le dernier ouvrage de la déclaration de Berne.

Merci d'avoir tirer la sonnette d'alarme Blaise...

Sam

Écrit par : Sam | 21 novembre 2012

Enfin une personne qui ose formuler une proposition cohérente même si un peu utopique dans la torpeur ambiante! Je m'étonne, en effet, que si peu de gens réagissent à ce double scandale de l'accueil d'une entreprise non seulement nuisible mais bénéficiant de faveurs indues !
Je souhaiterais volontiers qu'un parlementaire rebondisse sur votre proposition pour en faire un thème de débat...
Avec toute mon admiration.

Écrit par : Anonyme | 21 novembre 2012

quel plaisir de pouvoir lire un de vos "articles" au sujet de monsanto. et oui ca me touche de voir des persones ne travaillant pas dans l'agriculture s'intéresser a une entreprise multinationale polluant notre terre. C'est une vergogne de voir le pouvoir et la puissance qu'elle a sur le monde agricole et les produits toxique qu'elle met sur le marché. tout cela pour faire du profit. je suis agricultrice et monsanto me fait peur...

Écrit par : Anonyme | 21 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.