18 juillet 2008

Thucydide en préambule et cocaïne en aparté

Cet article mesure un demi-kilomètre. Une ligne droite de 2'500 ans. De l'Acropole à la rue Menandrou.

ATHENES Au siècle de Périclès, Athènes imposait sa supériorité militaire (entre deux tourniquets de cartes postales, une tenue complète de soldat athénien), politique (la Constitution européenne cite Thucydide en préambule), économique et culturelle.

CaféKlepsydra.JPGAvant toute chose donc, se faire prendre en photo sur l'Acropole (fâcheux, quel que soit le décor - Mont Lycabette ou golfe de Salonique - il y a toujours sur le champ un épais smog, ce satané “nefos”). Redescendre ensuite vers le quartier épicurien de Plaka – ruelles pavées, façades de couleurs chaudes, verdure et toits en tuile – prendre le temps au café Klepsydra (photo) et commander un café turc (on l'appelle ici “café grec”, mais c'est kif-kif).

Au bout de la rue Dioscure, un couple se demande s'il a déjà visité l'Agora romain. Elle sort le guide et dit que oui. Le couple s'en va donc flâner de boutique en boutique, de souvenirs en souvenirs: best-seller illustré La vie amoureuse des Grecs anciens, écharpe des supporters du Panathinaikos (il fait 37 degrés), plages ensoleillées peintes sur des “fridge magnet”, boules en verre pour enneiger l'Acropole (...se souvenir alors de la différence entre “la situation est grave, mais pas désespérée” et “la situation est désespérée, mais c'est pas grave”, ou fermer boutique).

Passer devant l'étonnante Bibliothèque d'Hadrien, une mosquée séculaire aménagée en Musée de la céramique, un conteneur éducatif pour l'art du recyclage alu-plastique-papier, la station de métro Monastiki (devenue carrefour de deux lignes grâce au JO 2004), des tables de restaurants alignées comme des transats, des cerises à cinq euros le kilo et des simit turc (ces pains circulaires au sésame s'appellent ici koulouri, mais c'est kif-kif).

Gagner ensuite le quartier de Psiri et changer d'ambiance. Dans la rue Miaouli, cafés à narguilé, bars gay, lounges branchés et clubs alernatifs (les graffitis et les coiffures excentriques sont une fête pour les yeux de celui qui vient du sud). Des affiches annoncent une manifestation le 12 sur la place Syntagma contre la montée des prix (ils ont flambé ici cinq fois plus qu'en Europe), un débat le 14 sur la place Kaniggos sur le sort des immigrés et la venue des Sex Pistols le 16 au stade Karaiskaki (55 euros le billet, pas très punk).

RueMenandrou.JPGPoursuivre, toujours plein nord, rue Aristophane, pour se fondre ensuite dans la cohue bigarée de la rue Menandrou (photo) entre nounous albanaises, Nigériens revendeurs de sacs à main, Chinois affairés sous des enseignes d'import-export, marchands de dévédés de Bolywood, barbu en shalwar kamiz au “Lahore market”, parieurs fixant nerveusement des tours de passe-passe, jeunes faméliques, lignes de cocaïne et policiers aux épaules triangulaires pour fendre la foule comme jadis Moïse au milieu des eaux, l'émerveillement en moins...

De l'Acropole à la rue Menandrou, de l'Âge d'Or à la flamboyante globalisation, un demi-kilomètre, cinq rues, 2'500 ans d'histoire et une fin sordide. Il faut relire La Vie amoureuse des Grecs anciens.

18:20 Publié dans l Grèce | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Tout le monde était en vacances. Pas de réaction à cet épisode . Vous me rappelez des souvenirs , mon propre séjour en Grèce , à Athènes, la rue Ménandrou, je crois que l'hôtel où nous logions était là, je me souviens de cette foule bruyante et bigarrée,en majorité masculine qui parlait fort, au milieu de papiers salis , des poubelles non vidées . Mais la vie, quoi!

Et les joueurs de tavli, ce backgammon, ou jacquet aux règles bien spécifiques dans ce pays... joueurs si détendus et passionnés. Un grec , tentait de nous en expliquer les règles à l'aide d'un autre grec parlant quelques mots d'anglais , mots qui rencontraient parfois avec bonheur des mots que nous comprenions.

Écrit par : marie agnes | 11 août 2008

tres interesssant message et impression. Le post d'Agnes est juste. La vie loin des usines à touristes. La rue Menandrou c un peu le barbes de Paris . Je pars en mars prochain pas loin de la rue Hotel Marina on verra bien.

Écrit par : thierry | 22 août 2008

Nous avons été avec mon mari à Athènes cet été et nous sommes très frappé par des montagnes d'ordures dans les rues de la ville. Juste terrible!

Écrit par : reefer drug test kits | 19 décembre 2008

merci pour l'article - il était très intéressant à lire)

Écrit par : generishes viagra | 23 mars 2011

Les commentaires sont fermés.