23 juin 2008

Zénobie, irrésistible impératrice arabo-romaine

Il était une fois une femme qui en voulait. Une fois parmis d'autres. La femme en question n'hésita cependant pas à assassiner son mari, un roitelet arabe descendant de pauvres bédouins, pour s'offrir le Royaume de Palmyre et s'autoproclamer reine de l'Orient romain.

ToursYemliko.JPGTourYemlikoSunraise.JPGPALMYRE La nouvelle reine se faisait adorer “à la manière perse”, mais c'est à la mode romaine qu'elle se présentait aux soldats, coiffée d'un casque et portant une écharpe de pourpre dont les franges laissaient à leur extrémité pendre des pierreries. Ses bras étaient nus. Son visage basané. Ses yeux intensément noirs. Et sa dentition si blanche que beaucoup croyaient que des perles lui tenaient lieu de dents. Elle parlait palmyrénien, grec, égyptien, latin et rédigea un traité sur l'Histoire de l'Egypte. Tetrapylone.JPGElle était si chaste qu'elle ne s'offrait jadis à son mari que pour procréer. Voyageant parfois en carrosse, elle se déplaçait le plus souvent à cheval. Il lui arrivait de faire avec ses fantassins des marches de trois ou quatre milles. Elle buvait fréquemment avec ses généraux, à les faire rouler sous la table. Elle utilisait pour ses banquets des vases à boire en or rehaussés de pierreries ressemblant à ceux dont se servait Cléopâtre.

GrandeColonnade.JPGElle ne fit pas qu'imiter Cléopâtre. Elle s'inventa une parentée avec la dernière des Ptolémées pour légitimer son rêve : annexer l'Égypte.

Ce qu'elle fit. En août 271 ap. JC, la reine Zénobie déclara son indépendance vis-à-vis de Rome, ordonna la frappe d'une monnaie palmyrénienne sur laquelle elle se donna le titre de "Septima Zenobia Augusta"...

Comment diable a-t-elle pu s'emparer ainsi de l'Egypte romaine? Dans les jardins de lumière d'Amin Maalouf ose une réponse :

“Belle, riche, lettrée, ambitieuse jusqu'aux cimes et dotée d'une puissante intelligence, elle était rongée par un mal que nul remède ne parvenait à soigner. Elle s'en plaignit un jour à sa sœur qui lui rapporta les dires des caravaniers sur les prodiges d'un médecin du pays de Babel. La reine exprima son désir ardent de le rencontrer, et la nuit même, dans son sommeil, elle vit son image et entendit sa voix. Au réveil, elle était guérie. Et convertie. Telle est l'histoire consignée dans les écrits manichéens […] Ainsi on s'était longtemps demandé quelles pouvaient être les croyances de la grande dame du désert, elle qui accueillait dans sa cour les philosophes, les Juifs, les Nazaréens, et laissait honorer dans les temples de sa capitale les divinités de toutes les nations. Ce souffle de tolérance était celui de Mani."

Tour&Fort.JPGLes armes de Zénobie, la tolérance religieuse, une politique culturelle affermissant l'indépendance de l'Orient à l'égard de Rome et la revalorisation des éléments araméens de la société syrienne étouffée jusque là par la culture gréco-romaine...

Colonne&Fort.JPGHélas, même chez les reines, les joies sont éphémères. En 270, Aurélien reprenait l'empire en main et se lança à la reconquête – fulgurante - des territoires perdus à l'Est. Vaincue, Zénobie tenta de s'enfuir chez les Perses, mais fut capturée. L'empereur manifesta une surprenante clémence envers la rebelle. Il se contenta de l'exhiber, entravée de chaînes d'or, dans les rues de Rome, en 274, puis l'autorisa à finir ses jours dans un charmant petit cottage du Latium... L'empereur écrira :

“J'entends dire, pères conscrits, que l'on me reproche d'avoir eu un comportement indigne d'un homme en faisant figurer Zénobie à mon triomphe. Mais ceux qui me Qala'atibnMaan.JPGcritiquent m'approuveraient certainement s'ils savaient de quelle trempe est cette femme, si avisée dans ses décisions, si tenace dans ses plans, si ferme vis-à-vis des soldats, si généreuse quand la nécessité le demande, si rigoureuse quand la discipline l'exige...”

En 272, le royaume de Palmyre avait vécu. Cette ville qui s'était rêvée capitale de l'Orient redevint une insignifiante bourgade de la province romaine de Syrie.

Les photographies ont été prises à Palmyre, dans les vestiges du royaume de Zénobie, au coucher et au lever du soleil. Aussi fabuleux qu'éphémère.

10:23 Publié dans j Syrie | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Merci à MANI, bien trop sain pour être un saint, à Monsieur MAALOUF, d'être; HONTE à ceux, qui toute honte bue, ont persécuté, au nom de leur (in)tolérance d'apparat, celui qui, seul peut vraiment mériter le titre de fils de l'homme et a fait preuve des vertus essentielles à notre évolution:
CONNAISSANCE de l'AUTRE(...läicité!), TOLERANCE, PARDON, R E S P E C T.
HONTE au détournement de SA parole.
HONTE de ne pas avoir, au fil des siècles, rétablit SA vérité.
Louée soit la reine ZENOBIE, parmi d'autres GRANDS, pour sa reconnaissance du JUSTE.

Écrit par : teyssier | 24 juin 2008

Je lis toujours ton blog avec autant de plaisir et tu me fais saliver en évoquant des lieux où je rêve d'aller un jour. Je voulais aussi te signaler un auteur syrien, qui écrit en allemand, dont j'ai adoré les descriptions du Moyen-Orient: Rafik Schami. Juste un problème, il écrit en allemand et je ne crois pas que tous ses livres ont été traduits. Bref, si tu croises un de ses livres, je te les conseille vraiment...

Écrit par : Bibi | 24 juin 2008

Tes talents de photographes progressent... Magnifiques clichés! Et le texte toujours aussi propice à l'évasion... Merci! Demain départ pour ma savane à mon tour de vadrouiller! Belle aventure à toi aussi cher Blaise! erica ;)

Écrit par : erica | 25 juin 2008

Les commentaires sont fermés.