06 avril 2008

"Cueillir le jour" à LEPTIS MAGNA

"Ti amo, un soldo, ti amo..." A l'entrée, dernier vestige de l'occupation italienne, Umberto Tozzi dégouline des enceintes. Mais plus époustoufflants sont les vestiges de Leptis Magna, à une centaine de kilomètres à l'est de Tripoli, la cité romaine la plus vaste et la plus grandiose d'Afrique !

1612425611.JPGGrâce à ses cultures d'olives et ses exportations d'animaux vivants en direction de Rome, Leptis Magna devint, sous Septime Sévère, au IIème siècle, la capitale de Tripolitaine. Raison pour laquelle l'Arc de Septime Sévère souhaite la bienvenue aux visiteurs. Sur ses colonnes corinthiennes, des reliefs se souviennent de “cueillir le jour”. Femmes dévêtues, vignobles fermentés et ciel bleu. Carpe diem.

1755423514.JPGConstruite en calcaire (et surtout loin des agglomérations actuelles!), Leptis ne fait pas son âge. Ainsi peut-on encore se promener dans les allées de la ville. Imagination. Effluves d'encens dans la basilique, de sueur dans le gymnase, vapeurs des thermes, cris du marché, applaudissements du théâtre. Au port, on distingue les entrepôts, la tour de guet, les docks de chargement et le phare, mesurant autrefois une trentaine de mètres, qui n'avait donc rien à envier à son homologue alexandrin. Mais j'anticipe. Hic et nunc, piquer une tête dans l'eau turquoise, la même qu'il y a deux mille ans.

259853744.JPGDans le forum, en plein air et libre accès, allez savoir pourquoi, une pierre me parle. Un médaillon à tête de Méduse. Des yeux en forme de coeur. Un collier de serpents. Et des sourcils en nageoire de poissons...

En visitant les thermes d'Hadrien (marbre, colonnades, mosaïques, salles de sudations, etc), j'ai la confirmation que l'histoire bégaie. Autrefois l'huile d'olive. Aujourd'hui le pétrole. Du pareil au même. Une infime minorité continue de “cueillir le jour”, alors que, de l'autre côté de la muraille, la plèbe s'échine.

593691173.2.JPGPlus à l'est, la perle du site : cet amphithéatre creusé à flanc de colline au Ier siècle pouvait contenir 16'000 spectateurs. On imagine la bande son lorsqu'arrivaient les condamnés, les Chrétiens, les fauves et les gladiateurs, tous venus s'ensanglanter ici. Morts avec vue sur la mer... L'Humanité pose des questions auxquelles la mer 1611036639.JPGne répond pas.

La suite, on la connait. Tremblement de terre, inondations, invasions, lente disparition sous le sable, puis, un millénaire plus tard, résurrection "archéologique". Plus original est le fait que certaines pièces des thermes aient été rappatriées à Paris par Claude Le Maire, consul de France à Tripoli entre 1686 et 1708. Les pièces ont alors été réemployées pour la construction du Château de Versailles et de l'Eglise Saint-Germain-des-Prés.

Si vous n'allez pas à Leptis Magna, c'est Leptis Magna qui vient à vous.

14:21 Publié dans f Libye | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

En plus d'être un site visiblemment magnifique, on dirait que personne ne le visite. Est-ce que Leptis Magna est un site touristique ?

Écrit par : Jean-Pascal | 07 avril 2008

Leptis Magna faisaient partie de la "triplette" des sites visités par les croisières italiennes, avec Sabratha et Tripoli : entre deux grands silences, un millier de visiteurs en un seul jour. Ces croisières n'existent plus depuis cet hiver, en réaction au durcissement des modalités d'entrée en Libye. Aujourd'hui, on n'y rencontre que des groupes guidés, parlant le plus souvent italien, peut-être une demi douzaine par jour. Presqu'aucun Libyen.

Écrit par : Blaise H | 09 avril 2008

vous devriez faire des echanges de lien pour etre mieux reference

Écrit par : thalasso | 10 juin 2011

Les commentaires sont fermés.