31 mars 2008

"Du pain et des jeux !"

Il y avait dans ma boîte électronique un message signé "Idir" : "Pour l'instant, j'ai l'impression que vous n'avez pas vraiment infiltré la société tunisienne comme cela était le cas en Algérie, peut-être parce que le pays est plus touristique, et donc vous avez été traité comme un touriste malgré tout ?"

253200711.jpgMalgré quoi. Idir, mes excuses de n'avoir fait que passer dans votre pays. De m'en être servi comme d'une passerelle entre deux pays plus "sexy", l'Algérie et la Libye. Pourtant , il y aurait eu à dire. Je me demande comment nos petits-enfants liront nos albums de vacances. Y aura-t-il des procès collectifs pour bétonnage systématique des plages, pour décennies de tourisme sexuel, pour consommation illicite de "Tunisie sans les Tunisiens" ?

Beaucoup à dire aussi sur les élections présidentielles de 2009. Le mandat étant indéfiniment renouvelable depuis la réforme de 2002, Zine el-Abidine Ben Ali, bien assis sur son trône depuis 20 ans, peut sans peur parler de l'avenir de la Tunisie. Cela malgré les violations des droits de l'homme, malgré les filatures des journalistes étrangers, malgré la soumission de la presse nationale. Et malgré un chômage estimé à 16%. Vive Ben Ali, vive le "bon élève" du Maghreb et vive la Tunisie... Septante pourcents de ses échanges commerciaux s’effectuent avec l’Union Européenne et Tunis aurait été choisie par Nicolas Sarkozy pour abriter le secrétariat de l'Union pour la Méditerranée.

MEDENINE Laissons-là la politique et reprenons la route. Des secousses tunisiennes, je ne garderais que la dernière. Médénine, au sud-est de la Tunisie, en train d'attendre que le minibus pour Ben Guerdane se remplisse. Un jeune homme attend lui aussi, pour rentrer chez lui. La semaine, il est sergent, depuis 6 ans. Le week-end, il veut changer de travail, depuis 3 ans. Il en a 26 et s'appelle Rairi.

BEN GUERDANE A bord du minibus, Rairi m'invite chez lui. Merci. Son grand-frère Hakim nous réceptionne et nous emmène dans un restaurant original. Le jardin est cerclé de faucons, de chèvres et de lapins. Mais on est hors saison, il fait froid et on mange à l'intérieur. Rairi garde le silence. Respect pour le grand frère. Puisque je n'y connais rien en voiture, puisque la politique se borne à un anti-américanisme de surface et puisque la culture se résume à l'adulation des grosses productions cinématographiques américaines, on parle foot. Quand le petit frère va aux toilettes, le grand me parle de ses conquêtes amoureuses. Quand le petit frère revient, on reparle de son marriage, en juillet prochain. Je suis invité. Merci.

Arrivés dans la maison de leurs parents, je m'étonne de voir une tente berbère dans le jardin. On me dit que les familles arabes aiment y prendre le petit-déjeuner en été. Une de leurs six soeurs étudie l'anglais. Son accent de Cambridge me bombarde de questions enthousiastes… jusqu'à ce que sa mère la rappelle à l'ordre. Rairi ne trouve plus les photos de son mois de retraite militaire dans le Sahara, mais Hakim trouve les siennes. A Dubai, où il a travaillé deux ans (je n'ose dire qu'il n'a pas l'air heureux sur les photos).

1058439653.JPGOn se confie davantage à un homme seul. Surtout s'il est étranger et repart le lendemain. Le secret de Rairi s'appelle Nada, le prénom d'une femme de 33 ans, mariée à "un Tunisien du nord, un homme qui ne l'aime pas", dit-il. Bonne nouvelle, Nada a décidé de divorcer. Mauvaise nouvelle, Nada s'en va vivre à Bordeaux dans deux semaines. Ils s'aiment et s'envoient des dizaines de sms chaque jour... Comme l'impression que les Maghrébins -ces grands romantiques- ont tous une histoire d'amour impossible. Rairi parle d'une tante qui habite Lyon, une tante qui a un hôtel à Djerba. Il ira lui parler demain... Non, lui qui chantait dans des concours quand il était petit, redeviendra artiste - "Cheb Rairi" - c'est vrai qu'il a une voix surprenante - son clip passera sur TV5, Nada le verra et… Inch'allah.

La soirée se termine dans le plus pur esprit de bourlingue orientale, dans la plus pure tradition tunisienne… devant une partie de Playstation (Rairi à gauche, Hakim à droite).

 

Ben Ali. Les droits de l'homme. La presse. "Du pain et des jeux", disait l'autre. Et pour le reste, la belle Nada.

19:07 Publié dans e Tunisie | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

On est en 2008 de l’an 20 du terrible, effroyable catastrophe du 7 novembre de l’an UN de sa majesté Zinétron, comme le nomme ce débile SDF CHAABOUNNI, de la prise totale du pouvoir de la Tunisie par une maffia sans aucun vice de forme, sans formes du tout d’ailleurs, à la hussarde, les barbares, une prise de pouvoir arraché à un vieux sénile mégalomane, entouré de vieux serfs péteux, aussi décalés que lui. En fait c’est la régénération par un changement de cadres et de personnel , du colonialisme , sa pérennité, quoique l’on dise ce dernier, malgré les apparences, quoique l’on croit, ou qu’on veut croire, il est toujours le maître absolu du pays, aujourd’hui par exemple SARKO a plus de pouvoir sur un douar de GARDIMAOU que BEN ALI ou n’importe quel tunisien, il suffit que le nabot siffle, pour que ses caniches tunisiennes se mettent à tortiller du cul, c’est aussi simple que cela..Le colonialisme de papa, le colonialisme d’antan, par ses tarlouses de main tunisiennes, interposées, , posés comme une nuée de mouches à merdes sur le fade gâteau national, dispose de tous les atouts pour faire ce qu’il veut de la TUNISIE, un colonialisme soft, sans ses canonnières, ses gouverneurs, ses armées, ses légions, ses tribunaux d’exception, ses guillotines, ses barbouzes, sa main rouge, ses mains rouges de sang, tout sont arsenal colonialiste, est remplacé efficacement par les milices, la police, les médias tunisiens de ben Ali, tout l’appareil répressif mis en place par BOURGUIBA , et perfectionné à outrance par Zinétron, son digne héritier autrement plus sanguinaire que lui. Voilà braves moutons tunisiens des vertes pâturages de MARS, vous qui n’avaient même pas la force d’espérer finir immolé dans un AÏD d’honneur et de giboulées, il ne vous reste que de mourir de vieillesse et d’ennui, noyé dans le déshonneur, la faim, la misère et le mépris, si vivre, c’est tout juste respirer, alors je vous conseille de commencer de faire des provisions, même respirer va finir par être payant en la TUNISIE de ben Ali, janvier 2008 ressemble à tous nos janviers, depuis 1956 et plus encore depuis 1987, rien de nouveau au sud de nulle part, la Tunisie c’est le goulag , et les tunisiens des tubes digestifs, Zinétron, est plus tyrannique que jamais, sa cervelle s’est liquéfié dans sa couille cancérigène, ses clans plus dominateurs que jamais, en face la même forme de léthargie, typiquement tunisienne et encore inconnue et mystérieuse aux chercheurs et aux analystes nobélisés ou pas.

Écrit par : elkhadra | 31 mars 2008

Moi je ne suis pas d'accord avec vous 'elkhadra'.
Je ne veux pas rentrer dans les détails avec vous, mais je voudrais simplement vous dire que nous jouissons d'un climat de paix et de sécurité grâce à l'actuel gouvernement tunisien. Le fait que nous recevons tous les ans des millions de touristes, en particulier des pays voisins en est la preuve.
Vous ajoutez à cela des projets grandioses qui vont être réalisés durant la decennie à venir ( projets émiratis et européens...).
Quant au chômage, vu que le système éductaif tunisien permet à tous les citoyens un accès gratuit, il est normal qu'on ait eu dernièrement un taux de chômage qui touche les diplômés du supérieur, mais le gouvernement fait tout pour le résorber (en encourageant les projets que je viens d'évoquer notamment).
Alors moi je suis votre contre-exemple, je suis tunisien et comme tant d'autres tunisiens, j'aime notre président!

Écrit par : Idir | 31 mars 2008

EL KHADRA n'est pas une personne; mais un groupe de militants tunisiens pour les droits de l'homme, cet article dont je suis l'auteur est tiré de notre blog (http://elkhadra.over-blog.com/), ce groupe est composé, pour la plus part , de jeunes de différents horizons politiques .Je ne sais pas qui a publié mon texte sur votre site, mais je remercie cette personne, elle m'a permit de vous lire.
@ IMED
Il faut être drôlement culotté pour parler de paix et de sécurité dans la dictature barbare de BEN ALI, avec ses centaines de prisonniers politiques , le contrôle totale du pays par une maffia organisé, rt l'absence total de toutes les libertés. Toi tu peux t'exprimer ici ou sue ELKHADRA, ou sur TUNISNEWS comme tu veux, nous en Tunisie, la moindre critique peut nous valoir des années de prison, le WEB est mis au pas, des internautes tunisiens ont été torturé et emprisonnés pour des années, ils ont perdu leur jeunesse et leurs avenir. Nos sites sont censurés, piratés par les cyberflics de BEN ALI, ce dictateur que tu nommes "président" , je crois franchement que tu ne connais pas le sens des mots, BEN ALI et sa cliques, ses tueurs et ses 130000 flics, plus que la France, avec 8fois moins d'habitants, ce n'est pas un "président, il n'a aucune légitimité politique ou humaine, c'est un vulgaire maffieux qui pille la Tunisie et décime son génie.PRESIDENT, cela se mérite, c'est un plébiscite , un acte d'amour entre un peuple et un homme, c'est un des aspects honorable du jeu démocratique, BEN ALI est un tricheur, avec son putsch permanent, ses vulgaires 99,95% se voix, franchement tu devrais avoir honte de tant de suffisance et de mensonges.

Écrit par : biju | 01 avril 2008

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

idir est un vendu, il vit sur sa planète à moins que cela soit un flic de Ben Ali. La vérité sur la Tunisie fait peur et ceci est une triste réalité. Pour qu'il y ait autant de policier dans les rues c'est que le gouvernement n'est pas en sécurité et craint le pire pour sa propre gestion de la Tunisie.

http://tunisie-harakati.mylivepage.com

Je n'en reviens pas que l'on puisse encore lire des propose tels que ceux d'Idir. Qu'il visite donc le site de madame Harakati Sameh et là il ne verra qu'un simple exemple qui a beaucoup de signification.

Écrit par : Yaouche | 16 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.